L’écologie, à la mode suédoise

La Suède est un pays en avance sur ces questions, servant régulièrement de modèle en la matière. Ce qui caractérise nombre de suédois, c’est leur proximité aux questions environnementales. Vous y trouverez plusieurs tendances, de manière plus marquée qu’en France notamment : des végétariens, des végans, des environnementalistes et, de manière beaucoup plus générale, des gens se préoccupant des questions environnementales et du développement durable de nos sociétés.  

A titre d’exemple, il est aisé à un végétarien ou à un végan de trouver facilement un endroit où manger, il n’y a pas besoin de faire des heures de recherche pour cela. Dans les grandes villes, de nombreux restaurants proposent des plats végétariens ou végétaliens. 

 

Comment cela s’est développé ? 

La Suède est un grand pays en taille, mais peu densément peuplé, cela se retrouve notamment dans la vie locale, où les espaces sont plus grands et les gens moins nombreux. Il ne possède pas de pétrole, gaz ou charbon, contrairement à d’autres voisins nordiques, mais de grandes quantités d’autres ressources, comme le bois (la forêt recouvre 68 % du territoire), l’uranium ou le fer. La période de la révolution industrielle en Europe, voit l’implantation en Suède d’un modèle économique orienté sur ses ressources naturelles, qui est, selon Florence Beaugé (1), l’un des principaux facteurs du développement de cette conscience écologique. Cette absence d’énergie fossile à empêcher la Suède de contribuer à son indépendance économique par l’exploitation de ce genre de ressources. L’établissement d’un modèle nécessitant de manière très prononcée l’utilisation d’énergies fossiles l’aurait rendue économiquement ultra-dépendante d’autres Etats, ce qui peut avoir constitué un autre facteur favorable à l’émergence d’un système économique autre, avec l’utilisation d’autres types de ressources, impliquant dans la société une autre manière d’aborder ces questions écologiques. 

De plus, la Suède a été pionnière en termes de réglementation, ce qui implique un temps plus long d’encrage et de développement de ces questions-là dans la société qui fut aussi accompagnée d’une pédagogie appuyée et de stratégies de communication afin d’anticiper de mieux faire accepter ces mesures. 

 

Quels objectifs ?

La Suède a pour objectif la neutralité carbone en 2050. Et les points d’étape montrent la réelle divergence de direction prise par la Suède avec bon nombre d’autres pays : cet objectif a été ramené à 2045 (2). En 2014, les suédois n’ont émis que 5,8 tonnes d’équivalents CO2 par habitant sur l’année. Ce chiffre est à comparer aux 8,8 de l’Union européenne. 

La Suède a déjà bien avancé sur ce sujet comme sur d’autres : pour 4,4 millions de tonnes d’ordure par an, seul 1 % finit en décharge, contre 25 % en France, avec dans certains centre commerciaux, 100 % des déchets recyclés (3). Vous pourrez constater que le sujet du recyclage est important en Suède : aller voir le nombre de poubelles installées dans votre résidence, vous comprendrez. 

Cette gestion des déchets se constate même dans les magasins qui ont pignon sur rue : vous croiserez fréquemment des magasins proposant des vêtements déjà utilisés à vendre – notamment Emmaüs.  

 

De plus, dans de nombreuses villes, l’utilisation du vélo est très importante. De la même manière qu’au Danemark, à Copenhague notamment, le nombre de cycliste crée parfois des petites files d’attente aux feux rouges, en Suède, à Malmö ou à Lund notamment, vous retrouverez ces petits moments d’affluence. Vous devrez aussi faire attention, en traversant, aux cyclistes.  

A Lund ou Malmö, vous pourrez profiter aisément de ce mode de vie, en regardant par ici.

 

Les suédois ont principalement trois sources d’énergie électrique, restant encore sujet à débat chez eux : 45 % provient de l’hydraulique, 41 % du nucléaire avec 9 réacteurs en fonctionnement sur le territoire et 14 % d’énergies renouvelables, biomasse et éolien. L’énergie nucléaire notamment reste sujet à débat en Suède, pays qui a été directement et de manière importante touchée par la catastrophe de Tchernobyl. Aujourd’hui encore certaines zones restent sous surveillance. Cependant, la Suède reste une référence en la matière avec ses 31 % d’énergie primaire d’origine fossile, 36 % de renouvelable, contre respectivement 72 % et 14 % au sein de l’Union européenne. 

 

Quant à l’agriculture biologique, la Suède n’est, encore une fois, pas en retard : elle arrive en seconde position des pays en part que représentent les cultures biologiques par rapport à la superficie agricole utile totale.  

graphique1 Source : (4) 

 

Ce bref récapitulatif permet d’avoir un premier état des lieux, certes non exhaustif mais néanmoins parlant car représentant des sujets variés.  

En allant en Suède, vous constaterez par vous-même que ce sujet est globalement pris à cœur en Suède et cela se répercutera sur votre vie de tous les jours. Dans les supermarchés, dans votre résidence, dans la rue, etc.  

 

Pour en savoir plus : 

(1) https://www.monde-diplomatique.fr/2017/07/BEAUGE/57674 

(2) http://theconversation.com/comment-la-suede-a-double-son-efficacite-energetique-88546 

(3) https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/environnement-la-suede-championne-du-recyclage_2540969.html 

(4) http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/7711508/5-25102016-BP-FR.pdf/cde4fa2d-d9ae-4be1-bb49-891db41de095